Innovations Big Data, Internet des objets , mobile , web & architectures Java - Leuville Objects

Aides à la Formation Professionnelle

Le suivi d'une formation est un acte volontaire et personnel dans le but de :

  • Développer de nouvelles compétences
  • Accroître vos responsabilités
  • Augmenter votre rémunération
  • Améliorer votre valeur sur le marché de l’emploi
  • Vous ouvrir sur de nouvelles méthodes et technologies

Différents mécanismes d'accompagnement et de prise en charge existent:

Compte Personnel de Formation

Le CPF a été voulu par le législateur comme "Un droit universel d’évolution professionnelle attaché à la personne tout au long de la vie active jusqu'à la retraite".

Le compte personnel de formation est une nouvelle modalité d’accès à la formation créée par la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. Il a pour ambition d’accroître le niveau de qualification de chacun et de sécuriser le parcours professionnel.

Il remplace le DIF à compter du 01/01/2015.

Droit Individuel à la Formation

Ce mécanisme a été remplacé par le Compte Personnel de Formation (CPF). Néanmoins il reste possible de consommer les heures acquises au titre du DIF.

Toutes les formations que nous vous proposons sont éligibles au titre du Droit Individuel à la Formation. 

Vous êtes salarié d’une entreprise privée ou public en CDI, en fin de CDD, ou en cours de licenciement. Vous pouvez très certainement profiter de votre Droit Individuel à la Formation.

 

Le Droit Individuel à la Formation (DIF) a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d’heures de formation de 20 heures par an, cumulable sur six ans dans la limite de 120 heures. L’initiative d’utiliser les droits à la formation ainsi acquis appartient au salarié, mais la mise en œuvre du DIF requiert l’accord de l’employeur sur le choix de l’action de formation.
La formation a lieu hors du temps de travail sauf disposition conventionnelle contraire; elle est prise en charge par l’employeur selon des modalités particulières. Le DIF étant un droit reconnu au salarié, celui-ci est libre ou non de l’utiliser. S’il décide de ne pas l’utiliser, il ne peut pas demander de compensation financière à son employeur au titre des heures acquises et non utilisées.

Pour les heures de formation effectuées en dehors de son temps de travail, le salarié perçoit, de son employeur, une allocation de formation égale à 50 % de sa rémunération nette de référence. Si la formation a lieu en partie sur le temps de travail, la rémunération du salarié est maintenue normalement pour les heures passées à se former.

La demande du salarié  

La loi ne précise pas les modalités de la demande. En toute logique, elle doit s’effectuer par écrit en indiquant les informations nécessaires à l’employeur pour qu’il se prononce sur cette demande (formation envisagée, durée…). Aucun délai n’est prévu par la loi pour formuler la demande, mais le salarié doit s’y prendre suffisamment à l’avance sachant que l’employeur dispose d’un délai d’un mois pour répondre. D’ailleurs, des accords collectifs peuvent prévoir des délais pour présenter cette demande.

La réponse de l’employeur

 L’employeur doit donner son accord sur le choix de l’action de formation. Il dispose d’un délai d’un mois pour répondre au salarié qui a sollicité son accord pour exercer son droit au titre du DIF. L’absence de réponse dans ce délai vaut acceptation du choix de l’action de formation proposée par le salarié. Pour éviter toute contestation sur les délais, il semble préférable que la demande du salarié s’effectue par lettre recommandée avec A/R.

Source : http://www.travail-solidarite.gouv.fr/

Télécharger un courrier type de demande de DIF